La Part des flammes | Gaëlle Nohant

AVEC LA PART DES FLAMMES, j’ai eu la sensation de retrouver mes lectures de jeunesse : une atmosphère romanesque à souhait, des personnages féminins forts, un peu de passion amoureuse, de l’Histoire romancée, un livre que je n’ai pas lâché avant la dernière page (et, en bonus, même du Verlaine).

Sans insister sur les évènements historiques, hormis le souvenir de la Commune par des évocations et l’incendie du Bazar de la Charité qui sert de départ à l’intrigue, Gaëlle Nohant fait revivre tout une époque, dans laquelle j’ai aimé m’immerger : c’est la fin du 19e siècle, les tout débuts du cinéma, le développement de la psychanalyse et l’étude de l’hystérie féminine. C’est aussi encore un temps aristocratique, mondain et oisif, d’intrigues de salon. Ce milieu est longuement représenté, avant l’incendie proprement dit, qui vient redistribuer les cartes et lancer véritablement l’intrigue. Si ce début peut sembler long, je l’ai apprécié pour la construction de l’époque qu’il permet, ainsi que pour l’ambiance qu’il crée, avant que le romanesque ne prenne le pas.

Gaëlle Nohant s’attarde successivement sur plusieurs personnages, tissant les liens entre eux peu à peu, par le jeu du destin. Elle semble n’avoir rien laissé au hasard, tout personnage prend sens, et chacun d’eux mérite son attention. Même les plus détestables a priori dévoilent une autre facette au cours de l’intrigue, nul n’est blanc ou noir dans ce que l’on pourrait considérer comme un roman de formation. Les femmes y sont très présentes, et par là même, la représentation de leur condition tient une grande place, avec diverses nuances. Le point commun de toutes serait l’importance de l’apparence, que vient cruellement mettre en exergue l’incendie et les défigurations qu’il réalisa. Si les hommes sont moins soumis à cette exigence, ils doivent en revanche eux aussi « entrer dans le moule » de la société et en souffrir parfois.

J’ai beaucoup aimé retrouver ainsi mes « lectures de jeunesse », avec ce roman très maîtrisé, peut-être trop à mon goût : tout est si bien calculé, tombe si juste dans l’intrigue, qu’il m’a manqué une part de naturel que je recherche davantage dans mes lectures, des coutures moins apparentes. Les amateurs se régaleront néanmoins de ces intrigues dans la lignée des romans feuilletons d’un autre siècle, avec une écriture plus contemporaine et très agréable.

G. Nohant - H. d'Ormesson

La part des flammes de Gaëlle Nohant

Héloïse d’Ormesson (Paris), 2015 – 1re publication

Également disponible dans l’édition Le Livre de poche

* Prix Horizon *

18 commentaires:

  1. Il vient de sortir en poche et je l'ai acheté, il me paraissait effectivement très bien et tu confirmes mon impression... et puis une auteure qui s'appelle Nohant, quand on aime George Sand, ne peut pas être mauvaise;) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a effectivement des signes qui ne trompent pas, et j'ai trouvé Gaëlle Nohant bonne auteure : s'étant abondamment renseignée (ça se sent) tout en sachant prendre de la distance et écrire en romancière, non en historienne.

      Supprimer
  2. J'ai eu un énorme Coup de Coeur pour ce roman <3
    Ton billet est tellement détaillé : j'admire *_* !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai raté ton billet, je vais aller le lire !

      Supprimer
  3. J'ai eu le coup de coeur pour ce roman passionnant, contente que tu l'ai aimé aussi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca ne m'étonne pas que tu l'aies aimé. :)

      Supprimer
  4. Ton billet donne vraiment envie... Je ne connaissais pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux ! Ce n'est pas aussi exigeant que certaines de tes lectures, mais ça se lit très agréablement.

      Supprimer
  5. Ta présentation confirme que ce n'est pas mon domaine de prédilection mais quand tu parles de "romans feuilletons" ça me parle déjà beaucoup plus. Je dois absolument avancer dans mes emprunts à la bibliothèque mais je l'attaque asap.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je confirme, je ne le vois pas vraiment dans ton domaine, ce roman... C'est le côté feuilleton qui accroche et fait tourner les pages si rapidement sur la fin : sans que ce ne soit vraiment une surprise, je voulais savoir la suite.

      Supprimer
  6. C'est une lecture originale et inattendue, te connaissant ! C'est parfois bien agréable de plonger totalement dans un bon roman sans prétention, pour le plaisir du voyage :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le roman avait l'air sympa, mais en effet, je ne l'aurais pas lu sans le prix Horizon auquel je participe. De temps en temps, j'aime aussi un bon roman sans prétention et sans forcément en parler sur le blog ; ici, il me semblait quand même le mériter et il a réorienté mes envies de lecture, je vais poursuivre avec quelques classiques de cette époque.

      Supprimer
  7. Un excellent souvenir de lecture (lu l'été dernier) ! Un très beau roman.
    Comme toi j'ai beaucoup aimé ce roman ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais aller lire ton article, un roman idéal pour l'été :)

      Supprimer
  8. et je n'ai toujours pas lu cet auteur, zut zut et rezut!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi zut ? Il n'est pas trop tard. ;)

      Supprimer
  9. Mon fils vient de me l'offrir. Je me réjouis d'avance...

    RépondreSupprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).