Chanvre et lierre | Charline Lambert

Ulysse est seul, au milieu de rien.
Il s’assied et traverse des étendues comme s’il était des leurs. Étendues en mirages. Reflets champêtres et boisés, plaines volcaniques, colonnes de sel et d’écume, mousses de nuages.
Il plante le décor.
[p. 13]

DANS CE PREMIER RECUEIL POÉTIQUE, Charline Lambert s’inspire du mythe d’Ulysse et le réécrit en une soixantaine de pages de brefs paragraphes, peaufinés et affûtés. De l’exil aux retrouvailles avec Pénélope, en passant par la rencontre avec Circé et les sirènes, les grands épisodes fondateurs sont présents, présentés sous le prisme de la perception ou de son absence : ouïe et surdité, peau abîmée par le toucher, vue et aveuglement. Le toucher et la peau ont par exemple une grande importance parmi les sens représentés. Le désir grouille dans le corps, « venu de plus loin que l’œsophage […], élargit les digues des artères et érode l’épiderme » [p. 31]. Plus encore, l’ouïe et les voix me semblent centrales dans le recueil.
Elles chantent, par brassées.
Leurs arias sont caressées par le fouet du large, fardées de gros sel marin. Ni râles sibyllins ni rires sémillants.
Du cinglant, en brise-lames.
[p. 51]
Les chants, les cris, les voix, les souffles sont omniprésents, avant le silence final. Les mots se font matière également, lorsqu’ils perlent (« si tant est que les mots puissent perler. La poésie du moment l’autorise » [p. 18]), sont lapés, lorsque les langues s’aiguisent ; la poésie vient rappeler qu’elle est aussi sonore, la langue que les mots ont un poids et qu’elle peut être tranchante. Sans concession pour les « hurleurs et [l]es concierges en soutane » [p. 69], Charline Lambert impose sa voix poétique, une voix âpre et exigeante, non sans élégance.

L’aurore plante le décor, dévoile son large ciel d’hiver, en étendues gelées, nappées de neige.
Sur le rivage sans leurres, Ulysse vient à Pénélope.
Sans vaines descriptions, en se taisant, leurs yeux disent le pouls et se tâtent la chair.
[p. 66]

Chanvre et lierre - Taillis pré

Chanvre et lierre de Charline Lambert

Le Taillis Pré (Châtelineau), 2016 – 1re publication

* LC avec Lili *
* Le mois belge d’Anne et Mina *

5 commentaires:

  1. Bonjour Mina, ce est recueil vendu en France ? Je viens de vérifier chez les deux grands libraires en ligne et je ne trouve pas... Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Goran. C'est un petit éditeur belge de poésie, donc je ne pense qu'il soit vendu en ligne, mais il est distribué en France par Arcadia : il devrait pouvoir être disponible en le commandant en librairie.

      Supprimer
    2. Merci Mina et bonne soirée...

      Supprimer
  2. Je suis ravie que nous ayons fait cette lecture commune ! Ton billet met merveilleusement en exergue l'empire des sens de la poésie de Charline !
    Bises (ouaiiiis, je commente ton billet maintenant que j'ai récupéré une connexion sur pc :D)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie moi aussi de cette lecture commune ! Il ne nous reste qu'à espérer une autre publication de Charline pour l'an prochain et renouveler ce plaisir. ;)

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).