Petite histoire de l'orthographe française | Marc Wilmet

LA PETITE HISTOIRE DE L’ORTHOGRAPHE FRANÇAISE est un ouvrage extrêmement intéressant, synthétique et abordable. Marc Wilmet retrace les grandes évolutions de la langue française, non telle qu’elle est parlée, mais telle qu’elle s’écrit, au fil des usages et des réformes. Fin pédagogue, il illustre ses propos de nombreux exemples ou documents, et pointe les contradictions des positions des uns et des autres. Il est de plus très nuancé dans ses propos et indique toujours les arguments de chaque parti.

À titre d’exemple, l’ouvrage débute par le rappel suivant : la parole est toujours première, l’écriture ne vient qu’ensuite. La deuxième devrait donc se régler sur la première, c’est-à-dire être phonétique (un seul signe graphique pour chaque son). Ce n’est pas totalement le cas en italien ou en espagnol, mais ça l’est davantage qu’en français. À la fin de la petite histoire, Marc Wilmet revient sur cette notion d’écriture phonétique et en pointe les limites, ainsi que l’impossibilité.

Après cette entrée en matière linguistique, l’histoire est déroulée selon différents temps : celui des jongleurs, des érudits, des instituteurs, puis des philologues. Il me semble difficile de résumer cet historique déjà très synthétisé (qui vaut la peine d’être lu et ne compte même pas cent pages ; pas d’excuse de ce côté-là donc, ni du côté du prix avec le format poche), et je préfère m’attarder sur quelques points qui ont retenu mon attention. L’un de ceux-ci est le nombre assez important de réformes de l’orthographe qui ont jalonné l’histoire de la langue française, avec des modifications bien plus importantes que celles qui ont pu être proposées (et non imposées, comme d’autres réformes) en 1990.

Chaque étape de l’histoire semble marquée par ses anciens et ses modernes, par les tenants d’une écriture étymologique (plus ou moins exacte) ou plutôt phonétique. Les surprises, de ce point de vue, viennent parfois des protagonistes, que je n’aurais personnellement pas cru dans tel clan. Au XVIIe siècle, par exemple, des précieuses étaient partisanes d’une simplification de l’orthographe et supprimaient les doubles consonnes, les consonnes muettes ou les lettres grecques dans leurs écrits, comme certains humanistes lors de la Renaissance.

Enfin, il était difficile d’en faire abstraction, le dernier chapitre est consacré à la « croisade de 1990 » ou à la « réformette », pour reprendre l’expression d’André Martinet, qui a encore suscité des remous récemment. L’ouvrage de Marc Wilmet est là aussi très intéressant : il retrace l’historique de la réforme assez précisément, indique qui en ont été les auteurs et les acteurs, puis la façon dont elle a été accueillie, qui ont été ses partisans et ses détracteurs. Il se montre une nouvelle fois très nuancé, répond aux attaques, en formule lui-même, et commente précisément les modifications proposées, celles dont on aurait pu se passer selon lui et celles où l’on aurait pu aller plus loin.

Une petite histoire que je conseille vivement.

NOTE : pour ceux que cela intéresse, une vidéo de présentation est disponible sur la chaîne Youtube de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique (qui a récemment récompensé Marc Wilmet pour l’ensemble de son œuvre de linguiste avec le Prix Albert Counson).

Couverture histoire orthographe

Petite histoire de l’orthographe française de Marc Wilmet

Académie royale de Belgique (Bruxelles), coll. L’Académie en poche, 2015 / Conférence du 23 septembre 2014

4 commentaires:

  1. Bonjour Mina,
    J'ai déjà plusieurs livres consacrés à la langue française et qui contiennent des chapitres sur l'orthographe, mais l'intérêt semble résider ici dans la synthèse. Je serais curieuse de découvrir aussi qui étaient les tenants de l'étymologie, de la phonétique, au cours des siècles passés... je le mets dans ma liste d'envies !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Florence,
      Conseillerais-tu certains de ces livres consacrés à la langue française ? Ils pourraient m'intéresser moi aussi, selon leur approche. Tu n'apprendras peut-être pas grand-chose de nouveau, mais la synthèse est très réussie, et j'ai apprécié l'approche plus "sociale" que linguistique, la façon dont des évènements externes ont pu agir sur la langue, plutôt que son évolution phonétique.
      A la suite de cette conférence sur l'orthographe, il y en a eu une autre sur la grammaire, qui t'intéresserait peut-être aussi (même éditeur).

      Supprimer
  2. Je note ce livre que je ne connaissais pas. Il intéressera mes étudiants et pourra être une bonne base pour aborder ces aspects si délicats que sont les évolutions de l'orthographe et surtout sa valeur sociale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il pourrait être une bonne base en effet, une introduction nuancée et très intéressante, qui remet un peu la question en perspective et les choses à leur place.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).