Le harem ~ Histoire du calife Hakem | Gérard de Nerval

DANS CE FOLIO 2€, sont réunis deux extraits du Voyage en Orient de Gérard de Nerval. L’écrivain a parcouru Malte, la Grèce, le Liban, l’Égypte et Constantinople entre 1842 et 1843. Le harem est un extrait de son récit de voyage en Égypte, tandis que l’Histoire du calife Hakem est une légende qui lui est racontée au Liban par un cheikh druse.

En Afrique, on rêve l’Inde comme en Europe on rêve l’Afrique ; l’idéal rayonne toujours au-delà de notre horizon actuel. [p. 48]
Le harem est à la fois très plaisant, grâce à l’écriture de Nerval et aux brèves descriptions si évocatrices, et intéressant, par la confrontation de l’imagerie occidentale au sujet de l’Orient avec la réalité, notamment celle de la condition féminine. Ainsi, les harems sont loin des lieux de luxure et de volupté destinés aux hommes, rêvés dans nos contrées. Il s’agit plutôt des quartiers des femmes, où l’une règne en maîtresse, comme le maître en son domaine, et où les enfants, ainsi que les tâches domestiques, occupent la majeure partie de leur temps. En outre, si la polygamie est autorisée, elle n’est pas la norme, de nombreuses femmes issues de riches familles posant une condition d’exclusivité avant leur mariage. Gérard de Nerval fera de plus l’expérience du caractère féminin et des coutumes orientales en prenant une belle esclave ; ses déboires avec celle-ci apportent une touche d’autodérision à son récit, qui vient agréablement couper les visites culturelles et les explications mi-historiques, mi-légendaires.

Moi j’ai un rêve qui reparaît sans cesse, toujours le même et toujours varié : lorsque je me retire dans ma cange, chancelant sous la splendeur de mes visions, fermant la paupière à ce ruissellement perpétuel d'hyacinthes, d’escarboucles, d’émeraudes, de rubis, qui forment le fond sur lequel le hachisch dessine des fantaisies merveilleuses…, comme au sein de l’infini j’aperçois une figure céleste, plus belle que toutes les créatures des poètes, qui me sourit avec une pénétrante douceur, et qui descend des cieux pour venir jusqu’à moi. Est-ce un ange, une péri ? Je ne sais. Elle s’assied à mes côtés dans la barque, dont le bois grossier se change aussitôt en nacre de perle et flotte sur une rivière d’argent, poussée par une brise chargée de parfums. [p. 84-85]
L’Histoire du calife Hakem est celle d’un souverain d’Égypte et de Syrie autour de l’an 1000, fondateur de la religion des Druzes (une religion musulmane hétérodoxe). Le récit mêle les faits historiques et la légende, sur laquelle revient Gérard de Nerval au terme de la narration. Ainsi présenté isolément, le texte prend des allures de nouvelle merveilleuse, où la magie s’invite par instants dans la réalité, à la faveur du hachisch. La spiritualité trouve également sa place, avec ce personnage de calife, dieu fait homme. Si cette dernière caractéristique m’a laissé dubitative, j’ai trouvé mon bonheur dans l’écriture de Gérard de Nerval, poétique dans ses moments descriptifs.

NOTE : la semaine prochaine, Anne et moi proposerons une brève série thématique autour des nouvelles, un genre que nous apprécions toutes les deux et auquel j’aimerais revenir plus souvent cette année.

Le harem - Folio

Le harem suivi d’Histoire du calife Hakem, extraits du Voyage en Orient de Gérard de Nerval, édité par Jean Guillaume et Claude Pichois

Gallimard (Paris), coll. Folio 2€, 2015

1re publication : 1851

12 commentaires:

  1. Comme je te l'écrivais en réponse "chez moi", je ne me souvenais plus que c'était de Nerval.

    Je note la semaine autour des nouvelles. Mes lectures de janvier m'ont donné envie de poursuivre l'expérience et j'envisage d'emprunter deux recueils à la biblio demain. Si tu as des recueils à me recommander, tu peux le faire avant que j'aille à la biblio ? Je lirai tes billets quand ils paraîtront mais j'aimerais autant ne pas râler rétrospectivement car je ne vais à la biblio qu'une fois par mois. Merci :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai noté dans toutes mes listes que c'était un Théophile Gautier, j'avais donc aussi oublié... C'était un très bon choix !

      Concernant la semaine des nouvelles, je suis complètement à la ramasse : je n'ai lu qu'un seul recueil, que je ne te conseille pas, et tu as déjà lu (et m'as conseillé) les trois autres que j'envisage de lire. Le seul de ma pile que je pourrais te citer, sans certitude de le lire cette semaine, serait Sindbad de Gyula Krudy : je ne suis pas objective et l'aime déjà à la première ligne lue, je te laisse voir si tu le croises à la bibliothèque. Ah oui, toujours en Orient et en Folio 2€, je relirai Les trois dames de la Kasbah de Pierre Loti. Pas de vrai conseil indispensable à te donner... Tu me diras quels titres tu as finalement pris ?

      Supprimer
  2. Hum, pas sûre que mon dernier com soit passé :S (j'attends de voir avant de t'en remettre une couche)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai rien reçu à part celui-ci, tu peux en remettre une couche. :/

      Supprimer
    2. Oh put... j'ai encore merdé :S
      J'ai les doigts plein de vernis pas sec * mode "je fous rien jusqu'à lundi" on* donc ça aide pas à la dextérité au-delà du RT.

      DONC !

      Pas sûre d'être le bon public pour Sindbad qui plus est à la sauce hongroise.

      J'attends d'avoir les titres en main pour tout te dire (au cas où quelques débordements seraient à prévoir après deux mois loin de la biblio) mais il s'agit d'auteurs français (c'est classique pour moi dans ce genre).

      Et j'espère que tes prochaines lectures seront bonnes ; il me tarde de lire tes billets !

      Supprimer
    3. Si ça peut te rassurer, je n'étais pas loin de perdre mon 3e commentaire de façon stupide en moins de 24h ce matin.

      A toi de voir pour Sindbad, je te dirai quand je l'aurai lu. Je me doute que tu préféreras les Français, même si tes Russes nouvellistes m'intéressent dans tes articles récents. Je n'oublie pas Pouchkine d'ailleurs.

      Supprimer
  3. Oh j'étais persuadée que les Druzes avaient rapport avec les chrétiens, il faut que je révise mes classiques. Dans tous les sens du terme ;-) Contente de passer cette semaine avec toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois qu'il y a un rapport avec les chrétiens, plusieurs religions se côtoyaient dans cette ville d'après le récit de Nerval. Il y avait aussi plusieurs références à Jésus, tu ne dois pas être si loin de la vérité. Je n'y connais quant à moi rien et me suis fiée aux informations données :s

      Supprimer
  4. Anonyme29/1/16

    Cela semble être de belles histoires... Mais personnellement, j'aime m'intéresser au contexte socio-culturel/économique de(s) région(s) et des acteurs mis en scène dans un récit avant sa lecture, indépendamment de mon a priori quant à lui et son auteur, pour pouvoir me forger ma propre opinion et l'aborder avec un certain esprit critique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce doit être une lecture intéressante également. Je lis peu de récits de voyage et n'ai donc pas cette démarche vis-à-vis d'eux. D'après la présentation de l'éditeur, l'Histoire du calife Hakem était un conte oriental, je n'ai donc su qu'il s'agissait d'un véritable protagoniste historique qu'en lisant le livre.
      En outre, je lis les Folio 2€ avec un esprit de découverte, de première approche d'un auteur, plutôt que celle d'une étude approfondie, pour laquelle je choisirais plutôt une édition complète et critique.

      Supprimer
  5. Je n'ai jamais lu Nerval, je note donc son Voyage en Orient. Tu me donnes envie ! Je suis curieuse aussi de lire vos futurs billets sur les nouvelles, j'aime aussi beaucoup ce genre mais je n'en ai pas lu depuis plusieurs mois... La dernière fois, je crois que c'était Anaïs Nin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux ! Je lirais bien son voyage en Orient aussi ou reprendrais sa poésie. J'espère que tu apprécieras nos choix de nouvelles (comme je l'ai dit à Flo, il y aura un retour oriental).

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).