La princesse Camion | Mademoiselle de Lubert

Quelque ridicule qu’en soit le fond, quelque extravagant que soit le merveilleux sur lequel ils roulent, ils sont bons pour ceux qu’ils amusent, qu’ils désennuient, parce que le divertissement, comme on l’a déjà dit, est un bien, et l’ennui un mal. [Note de mademoiselle de Lubert à propos des contes, dans la postface d’Élisabeth Lemirre]
DANS LA DEUXIÈME MOITIÉ DU XVIIIe SIÈCLE, le Cabinet des fées* ravive la mode des contes de fées, tombée en désuétude après le XVIIe siècle et parodiée dans certains contes libertins. Cette anthologie du chevalier de Mayer regroupe des contes merveilleux et orientaux de ces deux siècles, en excluant les contes licencieux. L’objectif est de conserver une trace de ces récits qui commençaient à tomber dans l’oubli. On y retrouve bien sûr des contes de Perrault, de Madame d’Aulnoy, de Mademoiselle Leprince de Beaumont, ainsi que La princesse Camion de Mademoiselle de Lubert.

Ce charmant conte – au titre aujourd’hui assez interpelant, qui s’explique lorsqu’on apprend qu’un camion était à l’époque une épingle et que la princesse fut ainsi nommée en raison de sa petite taille – est une histoire d’amour et d’aventures féérique. Les fées gouvernent la destinée des princes et princesses, qu’elles promettent l’un à l’autre, parfois en contrecarrant les projets d’une rivale : ainsi, la princesse Camion était promise au prince Zirphil par la fée Lumineuse et au prince Merlan par la fée Marmotte. Par vengeance, les deux amants devront traverser plusieurs épreuves pour se retrouver et vivre heureux.

Ces épreuves prennent notamment la forme de métamorphoses animalières diverses et d’une étrange requête de la princesse, contrainte au silence quant à la raison de cette demande : « Il faut, dit-elle, m’épouser tout à l’heure, ou m’écorcher toute vive. » [p. 12] Les péripéties s’enchaînent avec extravagance, pour le plus grand divertissement du lecteur. Les raisonneurs verront peut-être une métaphore de l’idéalisation amoureuse à dépasser dans ce conte ; d’autres s’en amuseront sans y penser et passeront un moment agréable parmi les fées.

* NOTE : la BNF a consacré une exposition aux contes, notamment au Cabinet des fées, accessible sur son site et très intéressante pour qui souhaiterait en savoir plus sur cette production littéraire aux XVIIe et XVIIIe siècles. Sur Biblioweb, Jean Stouff a réuni les références des contes publiés dans l’anthologie du chevalier de Mayer.

La princesse Camion - Lubert

La princesse Camion de Mademoiselle de Lubert, édité par Élisabeth Lemirre

Mercure de France (Paris), coll. Le petit mercure, 1995

Rédaction : 1743
Publication dans le tome 33 du Cabinet des fées : 1786

8 commentaires:

  1. Ton billet me donne envie de me plonger à nouveau dans Le cabinet des fées, il y a des pépites dans ces recueils !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux ! Est-ce que tu te rappelles de certains titres ou auteurs en particulier dans ces recueils, que tu conseillerais ? J'aimerais en lire d'autres moi aussi et débute justement des contes de Mme d'Aulnoy.

      Supprimer
  2. Merci pour la précision quant au titre peu flatteur ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'allais pas vous laisser avec un suspense aussi insoutenable. :p C'est pourtant ce titre peu flatteur qui m'a décidée à l'achat (ainsi que le petit format) : j'étais curieuse d'obtenir l'explication et de connaître l'histoire de cette princesse si étrangement nommée.

      Supprimer
  3. Je ne savais pas que le mot "camion" fût si polysémique ! ;-) (Et quand on dit "elle est belle comme un camion", quel sens faut-il lui donner ?) (je sors une fois de plus, avec mon humour pourri...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ignorais aussi (et ne sais donc pas quel sens donner à l'horrible expression que tu cites ;))

      Supprimer
  4. Le titre interpelle, comme tu dis !

    Je ne connaissais pas du tout le Cabinet des fées ! Tu sais si cela se trouve assez facilement et pour pas très cher ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Cabinet des fées, je doute que ça se trouve facilement et pas très cher, malheureusement... Plutôt par fragments, comme celui-ci, avec de la chance et dans les occasions, bouquinistes et autres ?

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).