Le doux parfum des temps à venir | Lyonel Trouillot

Ici commence la vérité.
Mes yeux morts face à la mer.
Toi maîtresse de tes routes et de ton parfum.
[p. 41]
UNE FEMME MOURANTE ET SA FILLE, une longue nuit, quelques heures avant l’aube pour une ultime confession. Le temps de l’enfance, des contes, légendes et autres mensonges pour conduire au sommeil est passé ; est venu le moment de livrer la vérité, dont la jeune femme aura besoin lorsqu’elle sera seule. Vue sous ce prisme, la vie est moins belle, il y a la puanteur de la haine, la peur, les guerres, les exils ; mais comme une promesse, comme le doux parfum des temps à venir, il y a aussi sa fille, son « odeur de fruit pur, de rosée franche, [son] odeur de route à prendre dans le matin clair » [p. 40].

Autant qu’une confession, la nouvelle de Lyonel Trouillot est une déclaration d’amour d’une mère à sa fille et la transmission de son seul héritage : la liberté. Le texte est superbe, ciselé, intime et poétique. Le découpage en vers ou en brefs fragments donne le ton, telle une respiration saccadée ou le bruit des vagues de la mer non loin. Les souvenirs sont évoqués avec pudeur et dignité, sans pathos, sans honte également ; ils font entendre la voix d’une femme libre, avec force et douceur.
N’oublie pas, mon amour.
Le paradoxe du parfum, c’est qu’il libère ce qu’il capture.
Capture la vie et libère-la.
Capture les odeurs de la vie et libère-les.
Qu’elles jaillissent de tes paumes, de tes hanches,
de tes yeux vifs à tout saisir,
mourants lorsque tu t’abandonnes.
[p. 56]
Le doux parfum des temps à venir - Essences

Le doux parfum des temps à venir de Lyonel Trouillot

Actes Sud (Arles), collection Essences, 2013 – 1re publication

* Conseil et prêt de Marilyne *

4 commentaires:

  1. Je crois que j'ai un livre de Lionel Trouillot qui traîne au fond de ma PAL... (je suis en mode "information capitale", je sais)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais c'est une info capitale pour un prêt ou une lecture commune "un jour". ;)

      Supprimer
  2. La forme, le fond et les extraits que tu cites : tout me donne envie ! Nous avions déjà parlé de cette collection, en plus, je crois...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est bien possible, je crois que tu avais noté le premier que j'avais lu, celui de Cécile Ladjali. Je pense que tu apprécierais celui-ci aussi.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).