La Marquise de Sade | Mireille Calmel

SI LE MARQUIS DE SADE FASCINE, le comportement de son épouse* en a également intrigué plus d’un. Après la pièce d’Yukio Mishima, Mireille Calmel a essayé à son tour de percer le mystère de cette femme dans un roman historique. Tout en s’appuyant sur les faits connus de la biographie du couple, elle a imaginé quelques mois de leur mariage, avant la première incarcération de Sade à Vincennes : une femme dévote et frigide, un homme libertin et dépravé, mariés par convenance, et un mystérieux « ami » qui initie la Marquise aux plaisirs de l’amour par ses lettres anonymes.

Afin de respecter de tels protagonistes, Mireille Calmel a fait le choix de s’inspirer explicitement des romans libertins** de l’époque : par la forme épistolaire, tout d’abord, très en vogue au XVIIIe siècle ; par le style, que j’ai notamment reconnu dans les portraits ; par le vocabulaire érotique employé, enfin, aisément compréhensible et au charme désuet. D’autres références émaillent bien sûr l’intrigue du roman, comme l’intervention de personnages historiques connus (Madame de Pompadour, Julie de Lespinasse, Voltaire, Rousseau, pour ne citer qu’eux) ou des clins d’œil d’ordre littéraire : le vicomte de Valmont fait une brève apparition, la femme de chambre de la Marquise se nomme Juliette, entre autres. Que les lecteurs moins avertis se rassurent, de brèves notes de page viennent éclaircir les mentions moins connues.

Malgré ces références qui ancrent le roman dans son époque et lui apportent une plus-value historique, je n’ai pas été tout à fait convaincue de ce point de vue. L’hypothèse même de Mireille Calmel n’est pas crédible à mes yeux : trop grande lectrice de Sade sans doute, je ne parviens pas à concevoir une romance à partir de son personnage. Dans la même lignée, l’explication de ses déviances sexuelles me paraît trop stéréotypée pour susciter mon intérêt. Tout en appréciant ma lecture, ces considérations créaient une distance critique m’empêchant d’y adhérer pleinement. Il m’était facile dans ces conditions de m’attarder sur la forme épistolaire et de tiquer sur quelques invraisemblances : la principale est à mes yeux la narration de faits connus du correspondant. L’attisement du désir peut expliquer une partie des passages, mais le prétexte a ses limites, dépassées par Mireille Calmel.

Néanmoins, des lecteurs moins avertis au sujet de Sade pourraient trouver leur bonheur à la lecture de cette romance érotique, dans l’air du temps sous ses apparats du XVIIIe siècle. Le mystère du correspondant est facile à deviner, mais tient en haleine la Marquise comme le lecteur de bonne volonté. L’écriture est élégante et agréable, au service d’un érotisme faussement sadique. Les fouets, de même que la sodomie et la violence, ne sont pas absents, mais le plaisir reste la sensation majoritaire de cette libération féminine. Autant d’ingrédients à même d’expliquer le succès de ce roman, qui me laisse entre scepticisme quant au choix des personnages et plaisir d’une lecture érotique réussie.

Une romance historique, dont j’attendais plus de sadisme.

* Elle le soutient tout au long de ses incarcérations successives, en dépit de ses aventures extraconjugales, dont l’une avec sa sœur. Elle ne se séparera de lui qu’à sa libération en 1790.

** Cette inspiration ne fait pour autant pas du texte un roman libertin, contrairement à ce qu'affirme le sous-titre de l'édition Pocket (qui me met hors de moi). Le roman libertin est un genre bien défini et circonscrit à une époque ; il relève du roman érotique, mais ne se confond pas entièrement avec celui-ci.

La marquise de Mireille Calmel

La Marquise de Sade. Chroniques libertines de Mireille Calmel

XO (Paris), 2014 – 1re publication

Également disponible dans l’édition de poche Pocket sous le titre La Marquise


* Prêt et conseil de Catherine *

10 commentaires:

  1. Ca résumé bien ce dont nous avons parlé il y a peu :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mes impressions étaient claires au terme de la lecture, notre discussion n'a fait que les renforcer. C'est par exemple chez toi et dans d'autres avis lus que j'ai eu la confirmation des ingrédients de son succès.

      Supprimer
  2. Trop professionnelle pour ce roman, Mina ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le crains, en effet... Pourtant, j'ai lu de très bons romans reprenant le personnage de Sade !

      Supprimer
  3. J'ai lu des critiques enthousiastes mais j'ai peur de ce qu'en a fait Calmel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai lu que des critiques enthousiastes aussi, d'où un certain sentiment de solitude avec les bémols pourtant évidents à mes yeux. Pour moi, Mireille Calmel a fait de cette histoire une romance assez convenue, épicée de scènes érotiques et agrémentée de quelques références à l'époque ; à toi de voir si c'est ce que tu as envie de lire. J'avais des craintes aussi avant qu'on ne me le prête, et elles ont été confirmées.

      Supprimer
  4. Hahaha ! J'aime beaucoup l'expression "lecteur de bonne volonté". ça me parait désigner exactement l'état d'esprit nécessaire à la lecture de Calmel ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce cas, je ne peux m'en prendre qu'à moi-même, je n'étais pas d'assez bonne volonté. ^^ Le "mystère" me semble n'être qu'un secret de polichinelle, mais en se laissant porter, on peut peut-être se laisser surprendre au passage.

      Supprimer
  5. Ce roman est dans ma PAL depuis peu mais il m'intrigue et je pense qu'il ne va pas rester très longtemps sur les rayonnages de ma bibliothèque avant que je ne me jette dessus ! ^^ La vie de Sade au travers du destin de son épouse...pourquoi pas, ça peut être sympa ! ! ^^ Et je me souviens avoir beaucoup aimé le style de Mireille Calmel dans ses sagas disons plus fantastique donc sur un roman pour le coup complètement historique, je suis sûre de passer un bon moment.
    Je vois que, toi, tu as un avis plutôt mitigé sur ce roman...? En tous cas, ta chronique détaillée et pertinente me donne, malgré tes quelques réserves, envie de me plonger dans ce roman.

    https://www.instagram.com/lesbooksdalittle/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viendrai lire tes impressions sur ce roman si tu le chroniques alors. ;) J'ai aussi apprécié l'écriture de Mireille Calmel plus jeune, avec d'autres romans, et je ne la mets pas vraiment en cause cette fois. Mon avis mitigé vient vraiment de son traitement des personnages et de son inspiration : je ne retrouve pas la vie de Sade à travers celle de son épouse et je reste bloquée sur l'idée d'une romance avec cet auteur (il a pu y avoir de l'amour entre lui et sa femme, mais je ne l'imagine pas du tout de cette façon).

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).