Soif de vie | Géraldine Jamart

Je songe souvent au vent,
à sa musique d’automne,
à ses douces éclaircies
qui, parfois,
accompagnent nos pas,
cadencés de paroles.
GÉRALDINE JAMART signe avec ce premier recueil poétique une série de vers libres, aux sujets et tons assez variés, néanmoins rassemblés par l’esprit du haïku. Une attention aux détails, au monde environnant et aux petits faits du quotidien règne en effet dans chaque texte, en particulier ceux de la quatrième partie, Fragments sur la nature entre autres choses. Les poèmes y sont brefs (de trois à sept vers) et expriment de petites scènes, comme des tableaux : la lune au-dessus d’un fil électrique, l’ambiance d’un matin d’été ou d’un soir d’hiver, un arbre sur le chemin.

Si les citations en exergue de chaque partie semblent annoncer des influences, au moins des admirations littéraires, j’ai cru également reconnaître des accents verlainiens, notamment dans la première partie, Réminiscences : une certaine mélancolie, liée à l’automne dans plusieurs textes, un art de la nuance, qui vient adoucir les tristesses comme les joies ou les colères, émoussant le tranchant des mots. La tendresse, elle aussi, atténue les émotions trop violentes lorsque le regard de la poétesse se pose sur son enfant dans la deuxième partie.

Enfin, Mouvements, la dernière partie du recueil, m’a paru la plus aboutie et celle qui synthétisait au mieux les sujets abordés précédemment : les souvenirs, la maternité, l’attention aux autres et à la nature. Les images s’y animent et, surtout, se font entendre, par des cris ou des chuchotements. Les peurs et les rêves s’y révèlent, en fragmentant davantage les phrases.
N’entends-tu pas
la musique de nos pas,
de nos mots partagés,
battre ensemble la mesure,
sur le sable mouvant
de nos vies passagères.


[Promenade d’automne, dans Réminiscences]
De doux poèmes, comme des tentatives de fixer le temps qui passe.

Soif de vie - Géraldine Jamart

Soif de vie de Géraldine Jamart, préfacé par José Perez

Traverse (Bruxelles), coll. Carambole, 2014

* Le mois belge d’Anne et Mina *
* SP reçu de l’éditeur *

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).