Le rêve de la secrétaire | Caroline Lamarche & Alain Petre

Chaque fois que j’ai une insomnie, je mange en pensant à Yvonne. Je me dis que je ne suis pas seule, qu’elle n’est pas seule, qu’aucun solitaire sur cette terre n’est vraiment seul lorsque quelqu’un se lève en pleine nuit et mange ou boit plus qu’il ne devrait parce qu’il mesure d’un coup tout ce qu’il a perdu.
CAROLINE LAMARCHE raconte un rêve et plonge son lecteur, le temps d’une nouvelle, dans une ambiance particulière, mi onirique, mi réaliste. La narratrice insomniaque, à la fois éveillée et encore dans les brumes du sommeil, semble perdue dans cet état d’entre-deux et en brouille les frontières. Entre la narration du rêve et celle du temps présent, se glissent les souvenirs et une obscure métaphore née de tous ces éléments. Si je n’ai personnellement pas compris ce « message », je l’ai interprété comme une réflexion onirique, parfaitement claire dans un rêve et plus mystérieuse dans la réalité du réveil ; une image nocturne, parmi d’autres.

Les autres images sont justement les monotypes d’Alain Petre dans ce petit cahier. Ils se déploient sur plusieurs pages à déplier et m’ont une nouvelle fois rappelé le plaisir de la manipulation des livres : la douceur du papier, la surprise d’une page dissimulée, le travail de reliure apparent à admirer. En outre, ces illustrations m’ont beaucoup plu, par leur clarté, les blancs éclatant entre les touches noires et grises, ces grands ciels au-dessus d’horizons marins. Ils représentent parfaitement le rêve narré et le donnent à voir dans toute sa beauté cruelle.

Une nouvelle onirique.

NOTE | Autour d'Esperluète : pour clôturer cette petite semaine éditoriale, Anne et Laeti ont lu ensemble Bateau-ciseaux de Christine van Acker et Vero Vandegh.

Le rêve de la secrétaire

Le rêve de la secrétaire de Caroline Lamarche (nouvelle) et Alain Petre (monotypes)

Esperluète (Noville), coll. Cahiers, 2001

1re publication (revue : Le Fram) : 2000

* A la découverte d’Esperluète *
* Le mois belge d’Anne et Mina *

4 commentaires:

  1. Décidément Caroline Lamarche te plaît :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vrai dire, je suis un peu tombée par hasard sur elle pour mes deux lectures du mois, et ce livre-ci était un choix par défaut en urgence hier. Je crois qu'elle me plaît malgré moi en quelque sorte. ;)

      Supprimer
  2. A te lire, j'imagine parfaitement le plaisir de la manipulation du livre ! Quant à Caroline Lamarche, je suis curieuse de découvrir le tire acquis récemment... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis curieuse de te lire à son sujet alors. ;) Le livre est presque comme un accordéon, j'ai beaucoup aimé l'idée.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).