Hôtel de la mer sensuelle | Evelyne Wilwerth

[Je suis] dans un hôtel très plaisant, où des robes s’envolent des balcons, et des soutiens, et des culottes, la mienne par exemple, un hôtel où l’on aperçoit, parfois, dans l’ombre du jardin, un homme nu à la silhouette égyptienne. [Chambre 10, p. 81]
IL SE PASSE bien des choses à l’hôtel de la mer sensuelle, dont l’ambiance semble propice à éveiller les sens ou le cadre à attirer les couples. Evelyne Wilwerth introduit son lecteur dans chacune des chambres, à la rencontre des personnages : un homme qui tente d’oublier la mort de son amant et dont le désir continue à le poursuivre, une femme initiant un jeune homme à un plaisir moins rapide, une adolescente qui découvre son corps et la sexualité, un vieux couple qui retrouve la sienne, ou encore des amants acrobates, entre autres. À chaque chapitre, se déroule donc une petite scène érotique, finement écrite et sans sentiment de redite. L’écriture d’Evelyne Wilwerth est agréablement suggestive, laissant deviner davantage qu’elle ne dit.

L’ensemble de ces scènes aurait pu constituer un recueil de nouvelles, si le lecteur ne revenait aux chambres précédentes et si les histoires ne se croisaient pas : les couples s’aperçoivent parfois au balcon, des vêtements volent à travers les fenêtres jusqu’au jardin, suscitant l’envie d’ajouter les siens à « l’œuvre d’art ». Le roman prend alors une tournure fantaisiste, abracadabrante presque, tout en demeurant cohérent dans cet esprit. La scène finale, en particulier, vient donner un sentiment d’achèvement et de conclusion au lecteur : comme si tout ce rêve éveillé n’avait eu pour objectif que cette sortie de l’enfance et la « naissance » d’une femme. Dans ce contexte, seuls les épisodes dits du chat m’ont échappée (un rappel de la mort en parallèle de l’érotisme ?) et n’apportent selon moi rien de plus au récit.

Un roman érotique fantaisiste.

NOTE | Quelques jours au bord de l’eau : Anne poursuit sa promenade à la mer avec moi, en écoutant Marc Pasteger lui raconter Les plus belles histoires de la Côte belge.

Hôtel de la mer sensuelle

Hôtel de la mer sensuelle d’Évelyne Wilwerth

Avant-propos (Waterloo), 2015 – 1re publication

* Le mois belge d’Anne et Mina *

4 commentaires:

  1. Tu sais que je ne suis pas attirée par le genre mais le format des chapitres courts, presque des nouvelles, me donnerait presque envie d'en lire l'un ou l'autre. Joli titre dans ta collection du mois donc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que j'aurais mieux fait de te proposer ce titre-ci pour débuter dans le genre, mais ne vais pas insister non plus. Le format court permet de lire quelques passages, puis d'y revenir, c'est agréable, avant que les histoires ne se rejoignent et qu'on ne risque de se perdre parmi les personnages.

      Supprimer
  2. C'est tentant... Ce recueil pourrait correspondre à ma quête de belles nouvelles érotiques ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ce conseil te correspondra mieux que le précédent.. C'est une autre ambiance, plutôt plaisante, sans prise de tête, malgré des passages plus émouvants parfois.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).