Le Mendiant de la beauté | Attila József

« En traduisant un poème, dit Attila József, nous lui prêtons une forme nouvelle conforme à l’inspiration de notre nation. » [p. 17]
MALGRÉ LA DIFFICULTÉ de traduire la poésie, notamment de langue hongroise (agglutinante et à accent tonique, comme le rappelle la préface), Francis Combes, Cécile A. Holdban et Georges Kassai ont entrepris de faire découvrir Attila Jozsef aux lecteurs francophones dans cette anthologie bilingue. Chacun a sélectionné de vingt à trente poèmes d’époques et de sujets divers. Sont ainsi proposés des œuvres de jeunesse inédites en français (traduites par Georges Kassai), des textes sur la pauvreté (très présente dans les choix de Francis Combes), l’engagement politique de l’auteur, le rapport à Dieu, des sentiments tels que l’amour (en particulier dans la sélection de Cécile A. Holdban), l’abandon ou la trahison.
Örökkön háborog a tenger
örökkön zúgnak a lombok
örökkön fájdalmas az ember
örökkön kicsik a dolgok.
*
À jamais la mer rugit
à jamais les feuilles frémissent
à jamais l’homme est meurtri
à jamais les choses sont petites.

[Örökkön/ À jamais…, p. 118-119]

De cette poésie, sans prétendre l’avoir analysée ou lue selon le prisme éclairant de la préface de Francis Combes, je retiens l’écriture très visuelle et évocatrice, qui se déploie notamment dans le lien entre les sentiments et le monde environnant. Un souffle rappelle le souvenir de l’aimée, et les vagues à l’âme s’expriment à travers les saisons, par exemple. Les traducteurs sont parvenus à donner rythme et musicalité à ces vers traduits, afin que leur émotion nous parvienne.

Un recueil parfait pour une découverte d’Attila Jozsef.

*
Az őszutóy barna alkonyat
Halkan piheg a pelyhező havon.
~
Le crépuscule brun des vestiges d’automne
Soupire doucement sur un duvet de neige.
[Extrait de Őszi alkonyat/Crépuscule d’automne, p. 104-105]
NOTE | Semaine hongroise : cette découverte de la littérature hongroise s’achève sur cette note poétique. Si vous souhaitez en savoir plus sur Attila Jozsef, je vous recommande l’article qui lui est consacré sur Esprits nomades.

Le mendiant de la beauté - Attila Jozsef

Le Mendiant de la beauté d’Attila József, choix de poèmes traduits du hongrois par Francis Combes, Cécile A. Holdban et Georges Kassai

Le temps des cerises (Paris), 2014

Rédaction : de 1920 à 1937

4 commentaires:

  1. Envie de découvrir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ravie. :) Il est à ta disposition pour une découverte...

      Supprimer
  2. Anonyme8/12/14

    Je vous remercie pour cette belle lecture et ce partage sur votre espace. J.A. est une voix majeure, et je suis heureuse qu'un public francophone le lise et l'apprécie... Voici également le lien vers une excellente émission radio, ayant pour thème cette anthologie et la poésie hongroise: http://www.rts.ch/espace-2/programmes/entre-les-lignes/6271696-entre-les-lignes-du-17-11-2014.html#6271695
    Cordialement, Cécile A.Holdban

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour votre passage et ce lien. On m'avait déjà transmis le lien de cette émission de radio, que je dois prendre le temps d'écouter, le rappel est le bienvenu.
      J'ai particulièrement apprécié vos traductions dans ce recueil, leurs thèmes et leur délicatesse.
      Cordialement.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).