Un rendez-vous galant

AUJOURD'HUI s'achève l'exposition De Watteau à Fragonard, les fêtes galantes au Musée Jacquemart-André. A cette occasion, j'avais proposé un rendez-vous libertin un peu particulier, exceptionnellement plus pictural que littéraire. Bien que toutes les œuvres artistiques inspirées par ce "courant" étaient acceptées, il s'agissait en effet avant tout de (re)découvrir la peinture du début du XVIIIe siècle, qualifiée a posteriori de "fêtes galantes". 

Cette inspiration picturale a été initiée par Watteau, notamment avec l'une de ses toiles les plus connues, celle de sa réception à l'Académie : le Pélérinage à l'île de Cythère (1717). Il y représente une société idéalisée par les bourgeois : celle d'une aristocratie libre de s'amuser et se retrouvant dans des assemblées galantes, où règne le bon ton. Le plaisir individuel y est maître, dans une atmosphère légère ; si légère qu'elle ne peut être qu'éphémère. Cela amènera les Romantiques à interpréter ces toiles sous le prisme de la mélancolie, de même que les couleurs "automnales" dues à l'usure rapide des tableaux. 

Watteau a connu un grand succès de son vivant et après sa mort, ainsi que plusieurs "disciples" et successeurs, tels que Fragonard et Boucher, mais également Jean-François de Troy, Nicolas Lancret et Noël Hallé. Tous ont réinterprété le genre à leur façon, en en reprenant certains éléments et en y introduisant davantage de narrativité. 


Pour en savoir plus, je vous conseille le hors-série de Connaissances des arts consacré à cette exposition, qui constitue une excellente introduction au sujet.

Les Plaisirs du Bal - Watteau
Les plaisirs du bal, Antoine Watteau, 1715-1717

Après la visite de l'exposition au musée Jacquemart-André, Marilyne et moi avons suivi Verlaine aux Fêtes galantes. J'ai également poursuivi les festivités en compagnie de Rameau, qui m'a narré les Indes galantes. En souvenir de ces jolis moments, il me reste un petit "album" de peintures galantes et libertines, que je feuillette encore avec plaisir.
~

Le prochain rendez-vous libertin est déjà lancé et s'annonce joyeux : je vous invite à la rencontre de Fanny Hill, dans le roman éponyme de John Cleland ou dans les diverses adaptations qui ont suivi, jusqu'au 24 septembre. Toutes les informations relatives aux rendez-vous libertins sont sur les articles de présentation et récapitulatif.

6 commentaires:

  1. Voilà une exposition que j'aurai adoré aller voir d'autant qu'elle a lieu dans un endroit merveilleux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fait le voyage à Paris rien que pour cette expo (j'avais raté celle sur Watteau et la musique l'an dernier à Bruxelles, il était hors de question que je laisse à nouveau passer une telle chance de voir ces toiles). J'ai découvert le musée par la même occasion, et il m'a beaucoup plu.

      Supprimer
  2. Dommage, j'ai raté cette exposition... Pourtant, j'adore la peinture du XVIIIe surtout Fragonard. Je connais surtout Watteau avec son "Gilles" et l'influence de ce peintre pour un auteur comme Pierre Michon. Je serai bien tentée pour te suivre pour le prochain rdv, lire "Fanny Hill" et en regarder une adaptation :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime beaucoup la peinture de Fragonard aussi et la préfère à celle de Watteau. Je ne connais pas Pierre Michon par contre, je vais me renseigner. Dommage d'avoir raté cette expo, je te souhaite qu'une autre occasion se présente (comme je le disais plus haut, j'ai raté l'expo qui avait eu lieu à Bruxelles l'an dernier personnellement...)

      Je serais ravie d'avoir de la compagnie pour la lecture de Fanny Hill ! Je n'ai jamais lu ce roman, je commencerai donc par là, puis envisagerai éventuellement une adaptation.

      Supprimer
  3. J'ai aimé cette exposition, on peut en trouver un bon compte rendu sur La tribune de l'Art : http://www.latribunedelart.com/de-watteau-a-fragonard-les-fetes-galantes

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ce compte-rendu très intéressant. Avec un œil moins averti, j'ai moi aussi aimé cette exposition.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).