Peintures galantes et libertines

Fuyons ces tristes lieux, ô maîtresse adorée (…)
Non loin de ce rivage est une île ignorée,
Interdite aux vaisseaux, et d’écueils entourée.
Un zéphyr éternel y rafraîchit les airs. (…)
Que nous faut-il de plus ? Cette île fortunée
Semble par la nature aux amants destinée.
[Evariste de Parny, Projet de solitude, cité p. 10]
COMMENT résister à une telle invitation et à celle de ce charmant petit livre ? Il y est proposé une flânerie picturale des fêtes galantes jusqu’aux boudoirs féminins et leurs « recoins ». Chaque double page présente un tableau et un de ses détails, parfois accompagné d’une citation littéraire, comme pour rappeler dans quel contexte est née cette peinture. Ainsi que le rappelle la préface, « si la raison s’impose en maîtresse toute-puissante du siècle des Lumières, cette singulière époque a également porté l’amour aux nues et a ouvert la voie aux malheurs de la vertu. » [p. 3] Voltaire, Marivaux, Crébillon, Laclos, Denon, Montequieu, Gervaise de Latouche et Sade côtoient ainsi Watteau, Fragonard, Boucher, Lancret, Troy ou encore Pater dans ces cortèges galants, puis ces scènes d’intimité féminine.

Jeune fille au repos - peinture libertine
p. 60

Au plaisir d’admirer les drapés, les volutes et les courbes, se joint celui des anecdotes et des légendes qui accompagnent chaque tableau. Tour à tour explication contextuelle, historique ou purement picturale (en particulier aux côtés des derniers tableaux, lorsqu’il n’y a plus grand-chose à deviner qui ne soit évident), elles forment un ensemble hétérogène qui correspond bien à l’esprit de cette balade : accompagnant les couples d’amants et de mondains de la Régence, nous nous éloignons des sentiers, avant de rejoindre le groupe ou un autre bosquet accueillant. La route est sinueuse jusqu’à Cythère, et beaucoup ont égaré la Carte du Tendre…

Un petit beau-livre charmant, au gré duquel il est bon de flâner.

Peintures galantes et libertines

Peintures galantes et libertines. Watteau, Boucher, Fragonard…, édité par Séverine Cuzin-Schulte et Emmanuelle Maffesoli

Artlys (Paris), 2014 – 1re publication

4 commentaires:

  1. Voilà un livre qui m'intéresse, je note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvé à la sortie de l'expo sur les fêtes galantes, c'est un charmant souvenir.

      Supprimer
  2. Tiens, encore un de mes commentaires qui n'a pas fonctionné gniak gniak !
    Je disais donc que voilà un petit ouvrage pour une amoureuse du XVIIIe telle que toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Décidément, Blogger t'en veut :(
      C'est vrai que c'était un ouvrage idéal pour moi, avec des petites explications intéressantes et passionnantes.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).