Un bref rendez-vous

IL Y A 276 ans, naissait le chevalier de Boufflers, auteur de plusieurs "pièces fugitives" (madrigaux, épigrammes, chansons et autres contes). A l'occasion de cet anniversaire, j'ai choisi d'inviter à la lecture d’œuvres libertines courtes. Ces textes, nommés indistinctement nouvelles, contes, historiettes ou romans, selon leurs auteurs, se voulaient avant tout divertissants et légers, en passant par la grivoiserie ou le dépaysement littéraire (en "Orient" ou dans les contrées des fées).
 
Afin de célébrer l'anniversaire du Chevalier, j'ai relu l'un de ses contes, La Reine de Golconde, qui mène son héroïne du verger au trône d'un royaume d'Orient, sans nulle intervention féérique. Précédemment, Fougeret de Monbron n'avait quant à lui pas boudé les fées pour opérer la transformation de son narrateur en canapé couleur de feu. J'ai également relu un des nombreux pamphlets licencieux et anonyme de la Révolution, La Messaline française. Enfin, pour clôturer ce bref rendez-vous, j'ai visité une petite maison avec Jean-François de Bastide, amateur d'art et nouvelliste libertin. 
 
Le Baiser à la dérobée - Fragonard
Le Baiser à la dérobée, Jean-Honoré Fragonard
Le prochain rendez-vous libertin est fixé en Orient, le 8 juillet*. Ce terme géographique est à comprendre de façon assez large : hors d'Europe, aussi bien dans l'empire ottoman qu'en Inde ou en Chine, par exemple. Les romanciers du XVIIIe siècle étaient de toute façon assez peu soucieux de réalisme dans leurs représentations, souvent teintées de merveilleux et de féerie. Une brève bibliographie est proposée sur la page récapitulative des rendez-vous libertins. Le rendez-vous galant se poursuit également jusqu'à la fin de l'exposition des fêtes galantes, le 21 juillet*.

* Je vous rappelle que les dates de ces rendez-vous sont celles du récapitulatif. Les articles peuvent être publiés entre l'annonce du rendez-vous et la publication du récapitulatif, tant qu'ils me sont transmis sur l'article général avant midi le jour du rendez-vous.

4 commentaires:

  1. Tu as été la seule à participer, si je comprends bien ? C'est peut-être un peu décevant mais n'oublie pas ton originalité !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ça. Heureusement que j'avais du stock pour faire illusion et remplir un peu l'article. Merci beaucoup pour ton message.

      Supprimer
  2. Je connais ce genre de solitude : je suis quasiment la seule à participer à mon challenge amérindien depuis 5-6 mois :D Tant pis, comme dit Anne : vive l'originalité ! Et j'aime beaucoup tes articles libertins !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi connu cette solitude à la fin du challenge Badinage et libertinage, j'aurais peut-être dû me douter que ça continuerait : beaucoup d'enthousiasme au début, puis un ou deux participants réellement motivés et actifs.
      Tant mieux si tu aimes mes articles libertins, et merci de me le dire. :) Je compte bien continuer à en rédiger et à en lire surtout, que les rendez-vous se poursuivent ou non. C'est aussi ce qui distingue mon Salon d'autres blogs comme le tien se distingue grâce à tes lectures amérindiennes ; autant rester originales, Anne et toi avez raison.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).