L'ombre douce | Hoai Huong Nguyen

SUR FOND de guerre d’Indochine, Hoai Huong Nguyen tisse une histoire d’amour, une « ombre douce » planant au-dessus de la violence ambiante. Celle-ci demeure omniprésente, depuis la gifle donnée par un père à sa fille refusant un mariage arrangé jusqu’aux corps qui se disloquent sous les obus et les attaques. L’horreur n’est pas dissimulée, les combats sont relatés, en parallèle de l’attente féminine de l’homme reparti combattre. Le style poétique de l’auteure pourrait donner l’impression d’atténuer les faits, mais il n’en est rien : le sang passe à travers le voile que l’on voudrait appliquer sur les plaies.

Au milieu des blessures et des morts, dans un havre de paix provisoire, naîtra une histoire d’amour entre un soldat français et une jeune vietnamienne. Leur amour pressenti comme impossible par le lecteur est placé sous le signe du tragique dès ses débuts. Malgré la douceur de ces premiers moments, si touchants, la menace guerrière reste omniprésente pour le rappeler. Cela se traduit par quelques passages juxtaposés, exprimant des sentiments, des pensées ou des conversations de façon à donner au lecteur une impression d’urgence :
Yann et Mai avançaient en silence – car comment parler, marchant l’un à côté de l’autre, que dire entre les mots et le bruit ? – le temps est clair – tant attendu, le vent frais, le vent frais, demain je serai loin – mais dans quelques mois – tu reviendras – tes cailloux blancs – tu reviendras – sans doute – tout oublié, ou presque, autour d’eux, nous irons à Belle-Île, loin d’ici et loin de la guerre – ce serait bien – pas impossible – ne sois pas triste – comment est-ce que je – je t’attendrai [p. 67]
À l’image des amants mythiques et tragiques, Yann et Mai n’ont pas le temps de se connaître davantage ; ils s’aiment et il leur faut déjà se quitter le jour venu, sans certitude de se revoir.

Une histoire d’amour émouvante et tragique.

L'ombre douce - Hoai Huong Nguyen

L’ombre douce de Hoai Huong Nguyen

Viviane Hamy (Paris), 2013 – 1re publication

* Conseil et prêt d'Anne *

7 commentaires:

  1. Comme toujours, des petites perles peu connues s'offrent dans ton salon ! Celle-ci me tente beaucoup ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ce petit mot, qui me fait très plaisir. :) Je dois la découverte de cette perle-ci à Anne, qui a converti quelques lectrices l'an dernier, après le Prix Première.

      Supprimer
  2. Ouf tu ne m'as pas brisé le coeur non plus ;-) Tu me donnes déjà envie de le relire ! Quand même, c'est une chouette maison d'édition aussi, Viviane Hamy (Luce Wilquin m'a dit qu'elles se connaissent bien pour avoir commencé en même temps comme éditrices indépendantes).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Loin de moi l'idée de te briser le cœur, voyons ! ;) Tu vas pouvoir le relire très vite alors, tant mieux. J'apprécie aussi les livres de Viviane Hamy, ou du moins son catalogue m'attire, et j'ai envisagé de le découvrir avec mon challenge après Quadrature.

      Supprimer
    2. Quelle belle et sympathique idée, tu peux déjà m'inscrire dans la catégorie " Collectionneuse Compulsive " :-D ( et puis, ces couvertures rouges, que du plaisir ^^ ;))

      Supprimer
    3. Et puis, juste pour info, il est très intéressant ce catalogue pour les littératures de l'Est :)

      Supprimer
    4. Je retiens que l'idée t'intéresse, je verrai quelle est mon envie de découverte en octobre ;)

      Pour les littératures de l'est, tu ne seras sans doute pas étonnée d'apprendre que j'ai découvert Viviane Hamy grâce à son catalogue hongrois... C'est celui-là que je prévois de découvrir, plutôt que le francophone, dans un premier temps, pour me dépayser un peu.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).