La Princesse Belle Etoile et le prince Chéri | Madame d'Aulnoy

CRÉÉ en opposition au roman précieux, dont il conserve néanmoins quelques caractéristiques, le conte de fées a égayé les dernières années du dix-septième siècle et les premières du siècle suivant. Dans le climat morose de la fin du règne de Louis XIV, il constituait en effet une distraction innocente et fantasque, notamment pour les femmes qui ont été les premières à en écrire. Relire ces textes de nos jours, c’est retourner en enfance autant qu’accomplir un voyage dans le passé, aux côtés de ces conteuses dans les salons littéraires. Toute l’atmosphère de cette époque s’y trouve sous le couvert des éléments merveilleux : la Cour et son jeu d’apparences, l’importance de la classe sociale lors des choix maritaux, les fortunes qui se (dé)font en entraînant séjours dans la capitale ou à la campagne, entre autres.

À première vue, le conte de Madame d’Aulnoy est très gentillet et édulcoré par rapport à son équivalent populaire (évoqué dans la préface de Martine Reid) : le prince ne tue personne, pas même le dragon ; la crainte de l’inceste est écartée presque aussitôt après avoir été envisagée par les deux amants ; les héros rencontrent finalement assez peu de méchants et de personnes mal intentionnées. L’optimisme est de mise, les épreuves toujours surmontées, et la vertu valorisée à de nombreuses reprises, plutôt que le vice puni, excepté à la fin du récit. La cruauté n’est pas tout à fait absente pour autant et se manifeste en particulier à la Cour : les jalousies s’y développent, de même que les projets meurtriers et les humiliations. Ces épisodes comportent moins d’éléments merveilleux et évoquent des scènes historiques bien réelles, telles que les répudiations. La corruption aristocratique est encore accentuée par le contraste entre ce milieu et celui des corsaires qui recueilleront les quatre héros, sans avarice ni malveillance.

De même, le rôle des femmes n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît lors d’une première lecture. La princesse semble assez passive pendant la majeure partie du conte, envoyant son amant vers diverses aventures et l’attendant. Elle sort néanmoins de cette réserve quand cela s’avère nécessaire, prenant les armes à son tour, et amène le lecteur à réviser son jugement sur les personnages féminins. Ceux-ci sont très présents et actifs dans le récit, qu’il s’agisse de la princesse, de la bonne fée sous diverses apparences, ou des « méchantes ». Parmi toutes ces femmes fortes, les hommes semblent bien faibles et influençables, à l’exception du prince Chéri guidé par l’amour : aux hommes les titres, aux femmes le véritable pouvoir ?

Un conte plutôt mignon et intéressant à décoder.

La princesse Belle Etoile et le prince Chéri - Madame d'Aulnoy

La princesse Belle Étoile et le prince Chéri de Madame d’Aulnoy, extrait de la Suite du gentilhomme bourgeois, édité par Martine Reid

Gallimard (Paris), coll. Femmes de lettres, 2008.

1re publication : 1698

* Il était une fois... les contes de fées *

7 commentaires:

  1. Je trouve les contes intéressants à décoder... Il y a toujours une deuxième lecture à en faire, qui n'a souvent rien d'un conte de fées justement ^^
    Si mes souvenirs sont exacts, c'est bien cette auteure qui a écrit La belle et la bête ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore décoder les contes aussi et les classiques en général. Pour La Belle et la Bête, c'est Mme de Villeneuve, puis Mme de Beaumont, c'est prévu dans quelques jours. ;)

      Supprimer
  2. Ah ben non, j'ai déliré, c'est pas elle du tout :D

    RépondreSupprimer
  3. J'adore les contes... et j'adore ton billet ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tant mieux ^^ Tu seras servie en contes cette semaine.

      Supprimer
  4. Je ne me souviens trop de l'histoire, pourtant je sais l'avoir acheté et lu tout de suite à sa parution ... Une bonne excuse pour relire quelques contes ;)
    Merci pour tes charmants articles !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes commentaires. ;) Je ne me souvenais pas du tout de l'histoire en le relisant, c'était une belle redécouverte.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).