Quelques contes de Madame Leprince de Beaumont

TOUT COMME dans La Belle et la Bête, le style des contes de Madame Leprince de Beaumont est adapté aux enfants, en limitant les descriptions, en évitant les récits enchâssés et en s’en tenant au déroulement des faits. Cette écriture simple et rythmée correspond donc davantage à l’idée que l’on se fait généralement des contes que celle de mesdames d’Aulnoy et de Villeneuve. Madame Leprince de Beaumont s’adapte également à son jeune lectorat en jouant des oppositions entre les personnages, perceptibles dès les titres souvent doubles (La Belle et la Bête, Aurore et Aimée, Belote et Laidronette, La Veuve et ses deux filles, et Le Prince Fatal et le Prince Fortuné, par exemple).
Il y avait une fois un seigneur qui avait deux filles jumelles, à qui l’on avait donné deux noms qui leur convenaient parfaitement. L’aînée, qui était très belle, fut nommée Belote, et la seconde, qui était fort laide, fut nommée Laidronette. [Belote et Laidronette, p. 27]
Malgré ces oppositions, l’auteure ne va pas jusqu’au manichéisme et apporte quelques nuances à ses personnages, sous forme d’évolutions. Nul ne reste tout à fait figé dans son rôle : les bons enfants deviennent parfois mauvais suite à une éducation négligée, et inversement l’enfance difficile du Prince Fatal lui permet de corriger les défauts de son caractère. Si les bonnes fées peuvent diriger les princes et princesses vers le droit chemin, elles ne peuvent les y forcer tout à fait, ni les faire changer si leurs parents les gâtent à outrance. Cette situation rappelle celle de l’enseignement et est mise en scène à plusieurs reprises dans les contes. Ceux-ci illustrent en effet chacun une petite morale (il ne faut pas se fier aux apparences, il faut garder courage lors des épreuves, cultiver son esprit, se montrer humble et respectueux, qu’importe sa position sociale, etc.), que Madame Leprince de Beaumont semble vouloir inculquer à ses petits lecteurs de façon agréable, en représentant des enfants semblables à eux, loin d’être parfaits ou diaboliques.

Des contes moraux pour enfants.

La Belle et la Bête - Madame Leprince de Beaumont

La Belle et la Bête et autres contes de Madame Leprince de Beaumont

J’ai lu (Paris), coll. Librio, 2013

1re publication : entre 1757 et 1768

* Il était une fois... les contes de fées *

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).