L'orient des chemins | Serge Meurant & Jacques Vilet

si familières
que l’invisible
les escamote :
les choses d’ici-bas [p. 41]

SERGE MEURANT et JACQUES VILET rendent à nouveau visibles les si familières choses d’ici-bas, les chemins trop souvent empruntés pour les voir encore et les visages présents jour après jour. À petites touches poétiques, d’une inspiration qui m’a semblé proche des haïkus, le premier trace de brèves évocations du quotidien ou d’un instant soudain saisi et figé : un regard, un geste ou un sentiment. Ses vers sont très courts (rarement plus de trois mots), irréguliers, sans rimes ni majuscules, telles de longues phrases entrecoupées ou des images successives sur l’écran d’un appareil photo, indépendantes tout en formant une suite narrative.

À la suite de ces poèmes ou avant ceux-ci, selon les sections du recueil, quelques photographies en noir et blanc de Jacques Vilet accompagnent la lecture. Elles n’illustrent pas les textes, pas plus que ces derniers ne les expliquent. Il s’agit véritablement d’une rencontre entre deux modes d’expression, sans prédominance de l’un ou l’autre. Là encore, les photographies s’inscrivent dans le quotidien et apparaissent familières : un passage dans les bois, de la lumière sur l’escalier, des visages d’enfant, et des regards qui en disent long lorsqu’on prend la peine de s’y attarder.


L'orient des chemins
[pp. 50-51]

Une invitation à modifier son regard envers les "choses d’ici-bas" ?

L'orient des chemins - Serge Meurant et Jacques Vilet

L’orient des chemins de Serge Meurant (poèmes) et Jacques Vilet (photographies)

Esperluète (Noville-sur-Mehaigne), 2012 – 1re publication

* Le mois belge d’Anne et Mina *

4 commentaires:

  1. Beaucoup aimé ce recueil, un des premiers des éditions Esperluète pour moi. Comme toi, je l'ai lu comme la rencontre de deux modes d'expression, deux regards.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de me l'avoir conseillé. Après un conte et un inclassable narratif, c'est le premier recueil poétique que je lisais, j'ai apprécié cette "dissociation" des deux modes d'expression : sans narration, il m'était plus facile de ne pas voir les images comme des illustrations du texte.

      Supprimer
  2. Tu vas rire : je me rends compte maintenant que je l'ai acheté à Paris...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'attends tes impressions alors. ;)

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).