Le pavillon des douanes | Jean Jauniaux

JEAN JAUNIAUX signe dans ce recueil une série de nouvelles assez différentes, mais toutes marquées par la nationalité de l’auteur. Que ce soit à la frontière française, à Bruxelles, à Bruges, à Saint-Idesbald ou à Écaussines, chaque histoire se déroule en Belgique, à l’exception de Cher Georges, situé « quelque part dans le monde, à la veille du déclenchement de la deuxième guerre d’Irak » [p. 79], et de L’émoi du Roi au Paradis. Il ne faut néanmoins pas s’attendre à une promenade belge, comme celle proposée précédemment dans Les Mots de Maud ou par Daniel Charneux dans Comme un roman-fleuve ; voyageant entre passé et futur, en les (ré)inventant tous deux, Jean Jauniaux se préoccupe peu d’exactitude et met en avant un état d’esprit plutôt qu’un lieu en particulier. L’actualité est ainsi observée et réinterprétée avec humour : tandis qu’un célèbre ministre des affaires étrangères nommé à l’Europe (que les lecteurs belges reconnaîtront aisément) trouve une solution originale pour que la Guerre de George [n’ait] pas lieu, l’interprète Nicolas Dostkine (que les lecteurs des Mots de Maud retrouveront avec plaisir dans plusieurs nouvelles du recueil) parvient à entériner le dernier élargissement de l’Union européenne : celui de la Russie. Les évènements politiques sont dédramatisés, et l’art du compromis à la belge parodié dans un esprit d’autodérision bon enfant.

Cette forme d’humour se retrouve également dans les nouvelles que l’on pourrait qualifier d’historique, comme La traversée de la Manche ou Le mystère de la Grande Dune d’Isdebald. Jean Jauniaux s’y attache à recréer un passé belge légendaire, grâce à la visite de Miguel de Cervantès à l’Abbaye des Sables à Saint-Isdebald ou à la construction d’une pyramide égyptienne en Belgique (aujourd’hui enfouie sous les sables, bien entendu). Cette création légendaire clôt le recueil, avec L’@rche des mots, nouvelle de science-fiction futuriste assez sombre, qui pose la question de notre avenir et de l’importance des mots dans notre monde.

D’autres nouvelles enfin jouent moins de l’humour que de la nostalgie, non sans une pointe d’ironie. Noir et blanc en particulier joue de ce registre mélancolique, en mettant en scène un narrateur qui ne voyait la vie qu’en noir et blanc : cela donne lieu à de très belles descriptions des jeux de lumière sur l’eau et les choses en général. La chute, si elle n’est guère surprenante, ramène le lecteur vers le passé et une époque révolue. Il en est de même dans Le Pavillon des douanes qui ouvre le recueil et fait le lien entre les nouvelles d’actualité et celles-ci plus émotives, grâce au personnage d’un vieux douanier nostalgique de son métier aboli par les réformes européennes.

Un recueil de nouvelles belges, entre humour et émotion.

NOTE | Une semaine avec Luce Wilquin : le hasard a voulu qu’Anne et moi trouvions le même recueil dans la collection Euphémie pour inaugurer cette semaine thématique du mois belge.

Le pavillon des douanes - Jean Jauniaux

Le pavillon des douanes de Jean Jauniaux

Luce Wilquin (Avin), coll. Euphémie, 2006 – 1re publication

* Le mois belge d’Anne et Mina *

10 commentaires:

  1. Quelle belle présentation qui nous donne un avant-goût assez complet de ce recueil! Mais je doute que cela me plaise... Vite la suite de ta semaine Luce Wilquin :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! J'ai tout de même passé sous silence quelques nouvelles. ;) J'espère que mes prochaines lectures te tenteront davantage.

      Supprimer
  2. A te lire, j'ai le sentiment que ce livre est "réservé" aux Belges du fait des références culturelles de certains textes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doutais que j'allais donner cette impression... Je ne sais pas du tout comment le texte peut être reçu et lu par d'autres. Les références ne sont pas présentes dans tous les textes, mais m'ont marquée et amusée.

      Supprimer
  3. Moi aussi j'ai d'abord été sensible aux émotions très fortes qui se dégagent de certaines nouvelles, et pourtant l'auteur ne cherche pas à faire d'effet de manche... Une très belle découverte, grâce à toi, merci !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas d'effet de manche, c'est vrai. En fait, ces émotions plus fortes sont surtout celles qui me sont restées quelques jours après la lecture, en feuilletant le recueil. Sur le moment, j'avais été plus sensible à Noir et blanc ou à La mouette de Bruges, à ce regard de Jean Jauniaux sur les gens autour de lui.

      Supprimer
  4. Un livre que j'espère lire prochainement :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il te plaira. :)

      Supprimer
  5. Vous titillez ma belgitude avec vos billets. Je le note pour très vite à mon avis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'étais sure que ça te tenterait et le suis presque autant que ça te plaira. ;)

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).