Citoyen de la frontière | Jozef Deleu

Un frontalier se sent lié à ce côté-ci mais toujours aussi au côté opposé. Jamais il n’appartient intégralement à un seul camp. Dans la vie du « citoyen » ou de la « citoyenne de la frontière », la frontière joue un rôle capital, à tous égards. [p. 23]
À TRAVERS sept récits issus de son histoire familiale et de la vie d’amis proches, Jozef Deleu livre une réflexion sur les frontières et les rôles qu’elles jouent dans l’existence des frontaliers tels que lui. Contrairement aux idées reçues, les frontières n’enferment pas seulement, elles peuvent également faire apparaître un lieu d’évasion de l’autre côté, un lieu où recommencer ce qu’on n’a pas su faire de ce côté-ci. Elles font également reconnaître la diversité humaine, qu’il convient d’accepter sans s’en effrayer et sans chercher à la réduire. De manière plus intime, les frontières marquent également ceux qui les côtoient par un sentiment de double appartenance, d’être d’ici mais aussi de là-bas. Dans La Normandie de mes rêves, l’histoire de ses parents sert à nouveau de cadre narratif à Jozef Deleu pour déployer son rapport à la frontière, avec pudeur et nostalgie. Tout comme dans son recueil  poétique Les lièvres s’attroupent, il sait trouver les mots justes pour s’exprimer sobrement et brièvement : il n’y a jamais un mot de trop dans sa prose aussi bien transmise par Urbain Dewaele que par Philippe Noble. Il ne s’encombre guère plus de transitions entre les sept récits de Citoyen de la frontière, alternant les portraits-hommages et les récits-essais plus réflexifs que narratifs.

Des récits tout en sobriété.

Citoyen de la frontière - Jozef Deleu

Citoyen de la frontière suivi de La Normandie de mes rêves de Jozef Deleu, respectivement traduits du néerlandais par Urbain Dewaele et Philippe Noble

Luce Wilquin (Avin), coll. Luciole, 2003

1re publication (Belgique) : 1988 et 1999

* Le mois belge d’Anne et Mina *

2 commentaires:

  1. Je ne connais que Michelle Fourez en Luciole, mais il semble bien à te lire que cette édition recèle de jolies pépites de récits tout en simplicité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'y ai globalement fait de belles découvertes, et Michelle Fourez est l'une de mes préférées.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).