Petit éloge du désir | Belinda Cannone

Mystère de la caresse qui révèle une haute vérité du désir : si tu passes délicatement ta main sur ton épaule, tu ne ressens qu’un plaisir fugitif – à peine ta sensation mérite-t-elle ce nom. Mais s’il caresse ton bras, ta peau frissonne sous ses doigts et tu t’émeus. La caresse n’en est une que donnée par l’autre, signifiant mille choses que tu ne sais démêler – intuition douce, offrande, attention, désir – mais qui provoquent une émotion sans pareille. La caresse célèbre l’altérité. [p. 23]
AU GRÉ de brefs chapitres comme celui-ci, Belinda Cannone cherche à définir le désir et à dégager quelques points d’accords au sein de cette « science individuelle » [selon Robert Desnos, p. 66] Sans prétendre en parler de manière générale, elle énonce quelques anecdotes personnelles, des citations de Robert Desnos souvent, de poètes parfois ou du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, tout en développant petit à petit un raisonnement autour d’un axe particulier du désir. Sont ainsi abordés des sujets tels que l’étreinte, l’attirance vers l’autre et l’amour. Ce dernier fait l’objet d’une étude plus historique, très intéressante, qui amène l’auteure jusqu’à notre époque, qui serait dans une période de transition du point de vue du lien amoureux : selon elle, après le mariage de convenance et l’amour romantique, nous nous dirigeons vers un amour-désir, forcément limité dans le temps en raison du caractère mortel de sa composante principale. Cela va encore à l’encontre de nos mythes d’amour éternel (Platon et les androgynes, Tristan et Iseult), mais semble correspondre aux séparations que traversent de nombreux couples.

Cette idée et les nombreuses autres contenues dans ce petit éloge sont exprimées sous forme de brefs chapitres, rédigés à la seconde personne du singulier : si ce procédé peut déstabiliser lorsqu’on comprend que l’auteure parle d’elle-même, il implique également davantage le lecteur dans le texte et favorise son identification aux situations présentées. Malgré la familiarité de ce choix narratif, le style reste élégant et soutenu.

Un bel équilibre entre l’intime et l’universel.

Petit éloge du désir - Belinda Cannone

Petit éloge du désir de Belinda Cannone

Gallimard (Paris), coll. Folio 2€, 2013 – 1re publication

* Projet non fiction *

6 commentaires:

  1. Celui-ci est noté, ton billet confirme ( j'avais d'ailleurs noté d'autres titres de Belinda Cannone lors de notre semaine thématique )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi noté d'autres titres de l'auteure, qui semble avoir beaucoup étudié ce thème du désir. Ca m'intéresserait de la lire dans un format plus long et libre.

      Supprimer
  2. C'est un thème et une collection (à force de voir tes avis!) que j'aimerai explorer!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les livres ne se valent pas dans la collection, mais il y en a quelques-uns assez réussis, dont celui-ci. Pour le thème, il m'intéresse moi aussi, et je compte encore lire l'auteure à ce sujet (elle a écrit deux-trois essais publiés chez Folio, je pense)

      Supprimer
    2. Je viens de le trouver dans ma librairie préférée :)

      Supprimer
    3. Tu reviendras me donner tes impressions? J'espère que cette lecture te plaira à toi aussi :)

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).