Le tableau de Giacomo | Geneviève Bergé

Cette histoire se passe en 1654. Mais peut-on vraiment parler d’histoire quand les personnages sont installés depuis si longtemps dans leur vieillesse, ou dans leur folie, que les accrocher l’un derrière l’autre, dans l’ordre adéquat et selon certaines règles éprouvées, ne suffit peut-être plus pour fabriquer un récit en bonne et due forme ? [p. 11]
DÈS L’INTRODUCTION, le ton est annoncé : la lenteur sera de mise dans ce récit de la vieillesse et de l’attente. Geneviève Bergé prend elle-même le temps d’interpeler son lecteur avec des interrogations méta-narratives, en présentant ses personnages et en situant son intrigue. Cette dernière s’appuie sur un fait historique – la réception d’un tableau flamand par le collectionneur sicilien Antonio Ruffo – et met aussi bien en scène des personnages historiques que fictifs, auxquels la parole est laissée, ou plus précisément dont les pensées sont dévoilées. Un tel mode narratif impose un certain ressassement, tant pour rendre compte des obsessions de chacun qu’en raison de l’alternance des points de vue, et ralentit la progression de l’histoire. Tout en appréciant le style de l’auteure et sa capacité à l’adapter à ses personnages, le lecteur pourrait ressentir une certaine impatience et partager ainsi l’attente décrite : celle d’un évènement, d’un fait annoncé ou de la pleine vision du tableau enfin arrivé et à peine entr‘aperçu.

Cette sensation que l’histoire n’a jamais vraiment débuté, ainsi que les réflexions méta-narratives de l’introduction, font de ce roman un texte atypique, à propos duquel il m’est difficile de me prononcer du point de vue de l’appréciation. Sans m’avoir plu, il ne m’a pas déplu, ni laissé indifférente. Sans cesse balancée de l’admiration à l’agacement, j’en garde avant tout l’impression d’avoir lu un roman véritablement contemplatif pour la première fois. Il ne se passe rien, ou presque, et l’auteure parvient tout de même à faire défiler les pages, sans tomber dans un style purement descriptif.

Un roman historico-contemplatif déstabilisant.

Le tableau de Giacomo - Geneviève Bergé

Le tableau de Giacomo de Geneviève Bergé

Luce Wilquin (Avin), collection Sméraldine, 2010 – 1re publication

* Prêt de Marie *
* Littérature francophone : Belgique *

10 commentaires:

  1. Celui-ci est un peu trop contemplatif pour moi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, c'est une écriture assez particulière, et j'ai été assez déstabilisée lors de ma lecture.

      Supprimer
  2. je pense que j'aimerais lire un livre comme celui-ci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je serais curieuse d'avoir ton avis.

      Supprimer
  3. Florence22/1/14

    Sans doute trop lent pour moi, mais cela m'intrique tout de même. Je regarderai s'il est disponible en bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais également été intriguée après l'article de Marie, qui me l'a prêté. Je serais curieuse de connaître ton avis si tu le trouves.

      Supprimer
  4. Voilà un roman (peut-on parler de roman?) qui a l'air très intéressant et de qualité mais qui semble surtout demander d'être dans la disposition d'esprit pour apprécier !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'on peut parler de roman, malgré son déroulement plus lent que d'autres. Même en étant dans de bonnes dispositions, cette lenteur voulue garde son étrangeté.

      Supprimer
  5. Il m'a fait exactement le même effet et m'a laissée dans la même perplexité!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est ce qui m'avait intriguée dans ton article, je me demandais comment je le ressentirais : maintenant, je sais...

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).