Gamiani | Alfred de Musset

Messieurs, dit-il, si vous consentez à nous réunir de nouveau ici dans trois jours, j’espère vous convaincre qu’il est facile de produire un ouvrage de haut goût sans employer les grossièretés qu’on a coutume d’appeler des naïvetés chez nos bons aïeux [p. 17]
AINSI serait né Gamiani, suite à un pari entre jeunes gens lors d’un dîner mondain. Cet aspect ludique et imposé se marque dans le roman par de très nombreuses références à d’autres textes ou topoï du genre érotique : la femme froide et lointaine qui se révèle une tribade insatiable, les orgies dans les couvents féminins, les innocentes jeunes filles perdues par des moines lubriques et cruels, la découverte de la sexualité par les précoces jeunes gens, l’usage du voyeurisme, de la zoophilie ou encore l’escalade dans la recherche du plaisir qu’ont de plus en plus de mal à ressentir les corps usés par la débauche. Outre ces scènes parfois anticléricales ou misogynes, les récits enchâssés et les passages dialogués achèvent de placer ce récit dans la lignée du roman libertin du 18e siècle. L’atmosphère est à la débauche effrénée, à la poursuite de la jouissance, dans l’oubli de soi et du monde : Livrons-nous sans réserve… comme si cette nuit était la dernière. À la joie, à la volupté ! [p. 31]

Cette nuit n’est néanmoins pas la dernière, et une seconde vient lui succéder, qui se révèle d’inspiration beaucoup plus romantique, ainsi que le laissait présager la première matinée :
C’était une volupté bien grande de savourer à loisir la vue de tant de charmes, et c’était pitié aussi de songer que, vierge depuis quinze printemps, une seule nuit avait suffi pour les flétrir. Fraîcheur, grâce, jeunesse, la main de l’orgie avait tout sali, tout souillé, tout plongé dans l’ordure et la fange. […] plus d’illusions, plus de rêve, point de premier amour, point de douces surprises ; toute une vie poétique de jeune fille à jamais perdue ! [p. 47]
Bien que l’esprit analytique des Lumières reste présent (Je ne pouvais plus la guérir, mais je voulus voir jusqu’où se porterait ce délire des sens. [p. 48]), l’influence de Rousseau et de l’esthétique romantique se fait sentir, dans les déclarations amoureuses, les lamentations, une misogynie plus marquée encore, un certain lyrisme et la tournure pathétique que prend le récit. Ce dernier pourrait presque constituer une histoire de la littérature du 18e au début du 19e siècle sous forme d’une anthologie narrativisée (un départ dans les salons de Crébillon jusqu’à un final digne de Chateaubriand, en passant par les couvents de Pidansat de Mairobert ou du marquis de Sade). L’originalité de Musset ne réside donc pas dans le fond, intertextuel avant tout, mais dans le style oscillant sans cesse entre plusieurs esthétiques : à de sauvages ébats succèdent le récit poétique ou cauchemardesque d’une découverte solitaire de la sexualité, de tendres caresses ou encore une scène zoophile seule capable d’apaiser un appétit insatiable. Le lecteur est ainsi constamment pris entre l’horreur et l’émerveillement, dans une alternance enivrante.

Un pastiche érotique très réussi.

Gamiani - Musset

Gamiani d’Alfred de Musset, édité par Catherine Mariette-Clot

Éditions Garnier et Société éditrice du Monde (Paris), collection Les grands classiques de la littérature libertine, 2010

1re publication (anonyme, à Bruxelles) : 1833

3 commentaires:

  1. Lu il y a longtemps et aimé aussi ! Il faudrait que je le relise... tu me donnes envie à chaque fois de me replonger dans toutes tes lectures, tu es le mal incarné :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le prends comme un compliment, tu as vu bien plus juste que ceux qui me prennent pour un ange. ;) Si je prévoyais davantage mes lectures, nous pourrions faire une LC d'un de ces merveilleux titres.

      Supprimer
    2. Oui on pourrait en effet, ce serait très sympa !!

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).