Conversations dans un salon d'amour | Jean Ristat

Sans doute suis-je fasciné par le caractère fragmentaire de cette pièce comme un chapitre détaché d’un roman qu’il faudrait réinventer puisqu’on ignore l’intrigue et peut-être même les personnages principaux qui l’animent. [p. 36]
UN HOMME écrit à un autre, qu’il nomme « l’inconnu » et désire ardemment. La correspondance est loin d’être régulière, semble incomplète, voire censurée par endroits, reste sans réponse (le doute plane de plus sur l’envoi de ces missives) et cultive le mystère. Si des scènes ou pensées très intimes sont révélées, le brouillard n’enveloppe pas moins l’épistolier et son correspondant, qui glissent entre les mots. D’un dialogue, le texte s’achemine de plus en plus vers un monologue, puis une conversation avec un autre soi-même, dans un salon d’amour aux allures oniriques. À petites touches, lettres après (fragments de) lettres, se dessinent quelques figures en ombre chinoise, une partie du tableau, tandis que l’autre partie reste invisible aux yeux du lecteur (absente ? inexistante ?), chargé de reconstituer l’histoire à partir des bribes livrées.
Vous m’avez demandé hier soir, avant de vous endormir, les noms des personnages qui surgissent pour s’évanouir tout aussitôt, tels des revenants, dans le récit que je déroule devant vos yeux. Je n’ai de cesse que de mêler les fils, vous ai-je répondu. Non pour le plaisir somme toute médiocre d’égarer le lecteur ou d’exciter sa curiosité, mais parce qu’il m’apparaît de plus en plus clairement que je me livre, avec réticence certes, à une tentative d’autoportrait. Ainsi, je me considère par moments comme un Narcisse brouillant maladroitement la surface tranquille de l’eau pour mieux se voir. [p. 49-50]

Il est difficile de dire davantage d’un tel texte, sans le dépasser en en livrant sa propre interprétation (forcément personnelle) et sans en ôter le charme de la découverte, au fil de la poésie de Jean Ristat, de ses errances et de cet autoportrait en mille éclats de miroir.

Une "pastorale" à lire et à écouter*.

* NOTE : le livre est accompagné d’une lecture de Monique Dorsel, qui met en évidence la poésie et les jeux phoniques du texte de Jean Ristat. L’inconvénient de ce CD est qu’il n’est composé que d’une seule piste et ne facilite donc pas une écoute fragmentée.

Conversations dans un salon d'amour - Jean Ristat

Conversations dans un salon d’amour de Jean Ristat

Au coin de la rue de l’Enfer (Saint-Étienne-les-Orgues), 2010 – 1re publication

2 commentaires:

  1. Quel beau billet ! Je confirme mon envie de découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis contente d'avoir fait envie à une personne au moins ! C'est un petit texte qui m'a beaucoup plu.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).