Thérèse et Isabelle | Violette Leduc

TROIS NUITS et deux jours d’amour, d’attirance réciproque et irrésistible, de caresses, de frôlements, de baisers, de petites séparations et de retrouvailles enfiévrées. Ainsi pourrait être résumé ce court roman de Violette Leduc, initialement conçu comme la première partie d’un ensemble plus vaste (Ravages). Chaque geste et pensée de Thérèse, la narratrice de ce récit à la première personne, est mentionné, parfois de façon répétitive. Cela donne à l’écriture de Violette Leduc un caractère chirurgical, voire mécanique : tout est décortiqué et analysé, sans fantaisie, ni vagabondage hors des sentiers balisés, du moins en ce qui concerne la structure grammaticale souvent réduite au sujet-verbe-compléments essentiels.
Isabelle nous avait rattrapées dans l’escalier. Je la déteste, je veux la détester. Je serais soulagée si je la détestais davantage. Demain je l’aurai encore à ma table au réfectoire. Elle préside. Elle préside la table où je mange au réfectoire. Je ne pourrai pas changer de table. [p. 14]
Cette écriture du quotidien et de la pensée ressassée est néanmoins transformée lorsqu’il s’agit de dire les sensations érotiques ou les gestes du désir. Par méconnaissance de cet univers et des mots qui le composent, Thérèse s’exprime souvent par des images, des comparaisons et des métaphores pour dire ce qu’elle ressent lors de son initiation, tout en conservant la même précision et exhaustivité.
La caresse est au frisson ce que le crépuscule est à l’éclair. Isabelle entraînait un râteau de lumière de l’épaule jusqu’au poignet, elle passait avec le miroir à cinq doigts dans mon cou, sur ma nuque, dans mon dos. [p. 27]
Par ce contraste entre l’écriture du quotidien et celle de l’érotisme, deux mondes sont créés, contigus et radicalement différents. Le lecteur, bien qu’étranger au monde clos des deux amantes, s’y immisce et y partage en voyeur leurs sensations, ainsi que leur langage.

Un roman érotique féminin à découvrir.

Thérèse et Isabelle - Violette Leduc

Thérèse et Isabelle de Violette Leduc

Gallimard (Paris), collection Folio, 2013

1re publication : 1966 (version censurée) ; 2000 (version intégrale)
Rédaction : 1954 (en tant que première partie de Ravages)

4 commentaires:

  1. Je ne connaissais pas du tout mais ça m'intéresse beaucoup !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La plupart des textes de cette auteure ont été réédités en Folio suite à un film qui lui est consacré, c'est l'occasion d'en profiter.

      Supprimer
  2. Je reste un peu perplexe après lecture de ton billet. Tu me le recommanderais ou pas?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être parce que je reste moi-même perplexe quant à mes impressions et à mon envie de poursuivre ou non avec cette auteure. Je te la recommanderais malgré tout, ne fut-ce que pour découvrir son écriture, assez particulière, mais très belle dans ses passages érotiques.

      Supprimer

NOTE : tous les commentaires sont les bienvenus et modérés avant publication. Il est plus sympathique de savoir à qui l'on écrit, plutôt qu'à un "anonyme" ; je vous invite donc à utiliser la fonction "Nom/URL" pour indiquer votre nom ou pseudonyme si vous n'avez pas de compte pour vous identifier (la case de l'URL est facultative).